cdi

Nouvelle rencontre amoureuse

Written By: Jocelyne Pincemin

atelier-43913

 

Les élèves 4e ont fixé pour toujours cet instant magique où deux personnes rencontrent l’amour.

 

 

 

Un chat et une souris.

Toi je t’aimais, je t’aimais, je t’aimais, je t’aimais. Toi si petite, avec tes poils gris argent et tes petites oreilles si fines et parfaites! Tu étais dans la maison, je te voyais passer sautillant ça et là, parcourant avec une grâce infinie le salon, la cuisine ou la chambre à coucher. Je ne pensais qu’à toi.

Après j’ai tout aimé. J’ai aimé ta peur quand tu m’as vu arriver, quand tu t’es recroquevillée pour m’éviter et te cacher de moi.

Et puis, j’ai détesté ton caractère rebelle et surtout le moment où je t’ai mangé.

 Aujourd’hui, quand j’y repense, je me dis que tu avais un mauvais goût. Je me dis que je t’ai tant aimé et tant détesté.

 Lucas

  •  

Un enfant et son cerf-volant

 Toi je t’aimais, je t’aimais, je t’aimais. Tu étais de multitudes couleurs dans le ciel si bleu. Tu volais au gré du vent, au rythme des nuages.

Après, j’ai tout aimé. Tes couleurs flamboyantes qui se reflétaient dans l’eau de mer quand nous allions à la plage ou dans les brins d’herbes des prés, l’été.

J’ai détesté le moment où tu es tombé des airs et tu t’es délicatement posé sur le sable chaud. J’ai lâché les petites poignées qui te retenaient. Je suis allée te voir mais c’était trop tard.

Aujourd’hui, quand j’y repense, je me dis que finalement, nous n’aurions pas du sortir, ce jour de mauvais temps lorsque, par un grand coup de vent , tu es tombé.

Lucie

  •  

Un homme et une femme

Toi je t’aimais, je t’aimais, je t’aimais. La pluie tombait sur ton visage. Tu m’avais tellement plu. Tes yeux brillaient comme des diamants, tu rayonnais de joie. Ton sourire me faisait rougir et me faisait ressentir des choses que je ne connaissais pas. Quand nos regards se sont croisés, j’ai vu une lueur d’espoir et pas n’importe quel espoir. L’espoir de l’amour.

Quand nous nous sommes rencontrés, ton cœur s’est enflammé. J’étais la fille la plus heureuse au monde. Quelques semaines plus tard, nous sommes sortis ensemble.

Après, j’ai tout aimé de toi. Chaque battement de ton cœur rythmait le mien. Tu étais toujours là pour me protéger, qu’importe ce que je faisais et qui j’étais. Tu me soutenais. Quand mes larmes coulaient, tu savais les sécher.

J’ai détesté quand tu es mort. J’ai pleuré toutes les larmes de mon cœur. Tu es mort dans un accident de voiture avec tes parents.

Aujourd’hui, quand j’y repense, je me dis que, si tu n’avais pas dit oui à tes parents, tu serais toujours là.

Laetitia

  •  

un clavier d’ordinateur et une souris

Toi je t’aimais, je t’aimais, je t’aimais. Toi et tes touches noires marquées de lettres blanches. Tes 26 lettres dans le désordre. Toi qui avais toujours besoin de moi.

 Après j’ai tout aimé. J’ai aimé ton bruit mélodieux lorsqu’on te tapait dessus.

 J’ai détesté quand elle est arrivée et qu’elle a pris ma place dans ton cœur, j’ai détesté la place qu’elle prenait à tes côtés. J’ai détesté la place que prenait cette tour à la carrure carrée pour toi.

Aujourd’hui quand j’y repense, je me dis que nous sommes toujours ensemble, même si elle nous sépare. Nous avons passé tant de temps ensemble.

Emilie

  •  

Moi et mon chien

Toi je t’aimais, je t’aimais, je t’aimais. Toi, avec tes touts petits yeux et ton pelage marron clair. Quand je t’ai vu dans ce petit parc, je me suis tout de suite dit que c’était toi et seulement toi que je voulais. Tu me paraissais triste, et, quand je t’ai pris dans mes bras, tu m’a fait un gros câlin.

Après, j’ai tout aimé. J’ai aimé les jours où on se promenait, j’ai aimé lorsque tu me tirais pour aller courir après un oiseau. J’ai aimé quand tu venais dans mes bras et quand on jouait ensemble. J’ai aimé lorsque tu allais chercher la balle pour que l’on joue tous les deux.

J’ai détesté quand tu me griffais, j’ai détesté quand tu me sautais dessus pour me dire bonjour, j’ai détesté quand tu me faisais tomber dans la boue, quand tu partais de la maison et que tu allais sur la route.

Aujourd’hui, quand j’y repense, je me dis qu’on a passé de supers bons moments ensemble et que te laisser tomber me brisait le coeur.

Je me dis que tu as peut-être changé et que tu regrettes de m’avoir fait mal.

Manon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *