cdi

L’aleph

Written By: Jocelyne Pincemin

   

atelier-43913

L’aleph est une sphère magique qui donne à celui qui la regarde la vision simultanée de tous les lieux de l’univers, le regard de Dieu en quelque sorte. Les élèves de 4e ont, comme Borgès, auteur de cette nouvelle, l’aleph, regardé à travers cette sphère. Voici ce qu’ils ont vu…

 

Je vis des soldats martyrisés, un monstre de plusieurs mètres de long, un ourson polaire perdu sur la banquise, des gens qui meurent de faim, des malades, tous les gens qui ont une vie difficile. Je vis que le monde était mal fait.

  •  

Tout autour de la terre, je vis des papillons qui parlaient à des tortues, des ours qui chantaient. Je vis une fleur avec une robe rouge et des chaussures blanches, un poussin avec des lunettes vertes. Je vis des livres se rendre à la bibliothèque, un cheval qui dessinait. Je vis un rayon de soleil qui éblouissait une voiture, un chat qui regardait l’heure, une trousse qui brûlait, un enfant qui se faisait opérer. Je vis une dame tout en blanc qui allait à un enterrement, et des oiseaux qui jouaient du piano.

  •  

Je vis le centre de la terre qui chauffait, je vis l’intérieur de l’ordinateur, je vis le coucher du soleil, je vis un sacré cosmonaute. Je vis une belle terre végétale, je vis l’herbe poussée. Je vis la terre entière, ,je vis une belle éclipse solaire. Je vis le monde s’effondrer, je vis la fin du monde en décembre 2012.

  •  

Je vis les voitures volantes, je vis les souris danser et les chats pleurer de ne pas avoir mangé. Je vis les chevaux galoper en liberté, la crinière au vent sur les plaines des États-Unis. Je vis Superman qui était triste car son ami Batman était mort. Je vis l’espace avec les trous noirs, les planètes, la lune, les comètes étincelant de mille feux. Je vis ma main offrir de l’aide à une personne âgée. Je vis mon chien ma télé, mon ordinateur, mon poisson. Et à la fin, je vis ma vie défilée devant mes yeux à une allure inespérée.

  •  

Je vis la route recouverte de glace qui brille avec la lueur des lampadaires . Je vis la neige froide, humide et blanche qui craque quand on marche dessus. Je vis le soleil qui brûle mes yeux tellement qu’il est puissant. Je vis dans les herbes hautes : des coccinelles , des sauterelles, des papillons de toutes les couleurs. Je vis de gigantesques nuages blancs qui ont des formes originales. Je vis la mer et sous les algues et les rochers pleins de petites bêtes comme des crabes, des poissons, des bigorneaux. Je vis des enfants jouer entre eux dans la cour de l’école. Je vis aussi des animaux sauvages en train de se cacher en attendant que leurs proies sortent de leur cachette. Je vis des personnes qui admirent le paysage merveilleux qui les entourent. En fait, je vis tout ce qu’il y a dans le monde et dans tous les recoins cachés.

  •  

Je vis une personne pleurer, un arbre danser tout autour de la terre. Je vis des papillons parler à des tortues, des ours qui chantaient. Je vis une fleur avec une robe rouge et des chaussures blanches.

  •  

Je vis le tracteur dans le champ qui remuait la terre. Je vis l’avion qui volait dans le ciel. Je vis les bateaux sur l’eau. Je vis des voitures bloquées dans un bouchon.

  •  

Je vis des enfants en classe tandis que certains travaillaient dans des usines en Chine pour gagner de l’argent. Je vis des chevaux galoper dans un champ de pâquerettes.
Je vis toutes les petites bêtes du sol, toutes celles qu’à l’oeil nu, l’homme ne peut pas voir. Je vis toutes les naissances du monde. Je vis des nourrissons bercés par leur mère.

  •  

Je vis ma vie défiler devant moi. Les milliers d’étoiles dans le ciel, les différents sourires des voyageurs. Je vis toutes mes amies au collège, ma meilleure amie, toujours là pour moi, les différents mouvements des stylos. Je vis les petits regards discrets de deux amoureux, les fautes et malformations des mots. La fin du monde, le 21 décembre 2012, l’extinction de la race animale et humaine.

  •  

Je vis des océans, des hommes, un champ, une tasse de café. Je vis des guerres, des lapins dans la nature. Je vis une baguette chaude, des enfants qui rient, la Tour Eiffel, le match de foot. Je vis un pays, des ours, des feux, un canapé, mon crayon. Je vis une vague se projeter sur un rocher, un pot de miel, un lit, le président, l’Amazonie, le Soleil, des bébés, des immeubles. Je vis quelque chose mais sans savoir ce que c’était, de la neige, une maison, du riz. Je vis des séismes, des éruptions, ma règle sur la table. Je vis un appareil photo même plusieurs, Madonna, une personne que je ne connais pas. Je vis des paillettes, des étoiles, un t-shirt, le Mont Blanc, les poules, les arbres, le vent, l’eau. Je vis des larmes, des rires, la TV, les couleurs, l’arc-en-ciel, le banc, Dieu, Valentin qui joue avec son ressort, des élèves travailler, une cocotte remplie de bons plats, une fourchette, une table, mon lit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *