cdi

Graffs au CDI !

Written By: Jocelyne Pincemin - Mai• 13•19

Le CDI a pris les couleurs du graff cette semaine !

Un projet street art s’est déroulé du lundi 6 au vendredi 10 mai.

Deux intervenants, Joann Barbe et Lisa Jeusset, ont encadré quelques élèves de 4e durant cette semaine afin de mener à bien un projet grandeur nature sur les deux pignons du CDI qui poursuit donc sa métamorphose.

Il s’agissait de peindre les pignons du CDI dans un esprit street art.

L’opportunité pour les élèves, Clément, Tyméo, Pierre, Louna, Nora, Sofiane et Tymothé de travailler divers aspects.

La préparation d’un chantier tout d’abord, avec le masquage : mise en place des bâches, des scotchs afin de protéger planchers et accessoires.

Le maniement de la bombe et ses accessoires : les tracés à l’aide de skinny (petits capuchons ou caps), le remplissage et dégradés avec des fat (gros capuchons).

Ils se sont initiés au mouvement des marqueurs pour l’écriture des citations placés sur le pignon, côté lecture. Ce fut également l’occasion de travailler la calligraphie. Les élèves ont parcouru quelques ouvrages afin de choisir un lettrage, de s’entraîner à l’écriture des lettres avant de placer les citations choisies par l’ensemble des 4e sur le mur.

Enfin, ils ont participé aux finitions et retiré le masquage.

Ils ont découvert différentes techniques (pochoirs, collage, extincteur, pinceau, aérosol, impression…), mais aussi différents artistes avec une initiation à l’histoire du street art : Taki 183, le précurseur, coursier de son métier, il signait de son pseudonyme (ou blaz) les murs de Manhattan dans les années 70, mais également Banksy artiste britannique qui utilise pochoirs et autres techniques pour faire passer ses messages.

Cette semaine street art permet au CDI de se moderniser et de s’ouvrir à la culture.

Merci à Joann et Lisa de l’association Kliver mais également aux élèves de 4e qui se sont investis dans ce beau projet !

Pour peindre une fresque street art, voici les recommandations :

 

 

 

 

 

 

 

Le travail commence donc par le traçage des grandes lignes des dessins, de très près.

Il continue par le remplissage à la bombe :

« Pour une transition de couleurs, on doit établir un angle de 45º avec notre main et la surface, ce qui est assez proche. Il semble que les couleurs se mélangent les unes aux autres créant un beau flou. Il faut se rappeler que le mouvement de la main lors de la peinture au pistolet doit décrire une balançoire, pour s’assurer que la peinture est répandue de façon homogène et non avec des « taches ». »

Il se poursuit par les finitions. Pendant cette étape, il est nécessaire de prendre du recul par moment :

Après avoir effectuer des recherches sur les artistes, les oeuvres, après avoir choisi des citations, après s’être essayer à la calligraphie, les élèves posent les citations sur le mur :

Il faut ensuite enlever les protections pour la fin du chantier :

L’heure est venue enfin de signer les oeuvres :

Et voici le résultat :

 

Les élèves ont, à leur tour, créé des affiches exposées au CDI :

Deux vidéos pour terminer afin de :

Découvrir l’histoire du street art :


 

Découvrir quelques oeuvres de Banksy :

Bansky à Venise le 23 mai 2019 ?

La presse en parle :

Article Le Télégramme du mercredi 15 mai 2019

Article Ouest France 15 mai 2019

 

 

You can follow any responses to this entry through the RSS 2.0 feed. You can skip to the end and leave a response. Pinging is currently not allowed.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *